INNOVATION - RECRUTEMENT - JEUNES DOCTEURS

Fil d’actualités

Validité du statut du jeune docteur après un 1er CDI interrompu ???

Validité du statut du jeune docteur après un 1er CDI interrompu ???

Un docteur ayant eu un premier CDI mais étant en recherche d’emploi durant les 24 mois après son 1er recrutement peut-il être toujours considéré comme « jeune docteur » et bénéficier à ce titre de l’incitation du Crédit d’Impôt Recherche?

La société qui l’embauchera pour son 2ème CDI pourra-t-elle bénéficier de cette incitation sur les mois restant?

Dans le Bulletin Officiel des Finances Publiques (BOFIP/BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20140404), l’administration précise la prise en compte des personnes titulaires d’un doctorat.
Notamment, il est indiqué que « la notion de premier recrutement s’apprécie non pas au niveau de l’entreprise mais au niveau du jeune docteur ».

Cette formulation est peu explicite. Est-ce que cela signifie que, s’agissant de la personne, le docteur est considéré comme « jeune docteur » durant les 24 mois suivant son 1er recrutement quelle que soit l’entreprise dans laquelle il travaille ?

Ou bien qu’il s’agit du premier recrutement du docteur en tant que personne (et non pas la première fois que l’entreprise recrute ce docteur) et qu’un deuxième recrutement l’exclut de ce statut?

C’est cette deuxième interprétation que l’administration, et en particulier le Ministère de la Recherche, a choisie de retenir.

Ainsi n’est éligible au statut de « jeune docteur » au sens du Crédit d’Impôt Recherche que le docteur qui n’a jamais eu de Contrat à Durée Indéterminée (en France) avant son recrutement dans l’entreprise.

Un docteur ayant déjà été recruté en CDI, même pour une courte période (rupture du contrat durant la période d’essai par exemple), ne sera plus jamais éligible au statut de jeune docteur.

Point d’attention : le guide du Crédit d’Impôt Recherche 2015 assouplit légèrement cette condition en précisant qu’il s’agit du « 1er recrutement en CDI dans le domaine d’activité du docteur. Un premier CDI obtenu dans une chaîne de restauration par exemple ne sera pas considéré comme un premier CDI. »

Sensibiliser les doctorants à l’importance de leur insertion

Newstank Education

Sensibiliser les doctorants à l’importance de leur insertion

News Tank Education est une société indépendante dont l’objectif est d’apporter aux acteurs de l’Education et de l’Enseignement Supérieur une information objective et utile dans l’appréhension des enjeux politiques et économiques et dans leurs prises de décision.

Dans ce contexte, un dossier a été consacré à l’insertion professionnelle des doctorants par le biais d’interviews auprès de personnalités du monde académique (par exemple Patrick Fridenson, directeur d’étude à l’EHESS et chargé par le MESR d’une mission sur la reconnaissance professionnelle du doctorat) ou du monde des entreprises.

Un article a ainsi été consacré à une interview de Laurent Masscheleyn, fondateur de RD2 Conseil, portant sur l’importance de sensibiliser les doctorants, et plus largement les titulaires de doctorat, à l’anticipation de leur insertion professionnelle.

Extraits :

« Sensibiliser les doctorants à l’importance de leur insertion » (Laurent Masscheleyn, RD2 Conseil)

Paris – Publié le lundi 30 mars 2015 – 

Les jeunes docteurs sont-ils appréciés par les entreprises ?

Les dirigeants d’entreprise ont souvent peur de recruter des docteurs issus de l’université. Dans quelques grands groupes, comme Thales, Renault, Safran ou Solvay, il existe des processus balisés, c’est là que se trouve le gros du stock. Mais, attention aux contresens, en entreprise, le terme consacré pour désigner un chercheur, c’est ingénieur R&D et, de fait, ce sont le plus souvent des ingénieurs qui sont recrutés pour faire de la recherche. Les dirigeants d’entreprise ont souvent peur de recruter des docteurs issus de l’université. C’est plus particulièrement vrai dans les PME et start-up alors que c’est là que se développe l’emploi de demain…

Pour retrouver l’intégralité de l’article, cliquez ici : NewsTank Education_Insertion des docteurs

Article des Echos (13/01/2015) sur RD2 Conseil : « Un chasseur de grosses têtes pour PME »

Les Echos, dans l’édition du 13 janvier 2015, ont consacré un dossier à l’insertion professionnelle des docteurs et doctorants en entreprise, et plus particulièrement dans les PME.

Dans ce cadre, Laurent Masscheleyn, fondateur de RD2 Conseil, a été interrogé et a livré sa vision sur les moyens d’accompagner les entreprises dans la recherche des bons candidats.

Retrouvez cet article en cliquant ici.

Retrouvez également l’article sur la société United Motion Ideas, qui a mandaté RD2 Conseil dans sa recherche d’un jeune docteur : Article UMI

Etude APEC sur le devenir professionnel des jeunes docteurs

 

L’APEC a publié en octobre une étude sur l’insertion professionnelle des docteurs intitulée :
Le devenir professionnel des jeunes docteurs : Quel cheminement, quelle insertion 5 ans après la thèse ?

De cette étude ressortent 3 principaux enseignements :

  • les doctorants se préoccupent assez peu et assez tard au cours de leur thèse de leur future insertion professionnelle.
  • conséquence probable du 1er enseignement, ils n’anticipent pas leur insertion dans le secteur privé et se trouvent démunis lorsqu’ils abordent cette problématique de recherche d’emploi en entreprise
  • du côté des entreprises, l’APEC note la méconnaissance toujours forte des docteurs par les entreprises, avec notamment de forts préjugés

Cette étude montre qu’il reste beaucoup de travail à faire pour rapprocher les docteurs de l’entreprise (dans les 2 sens, à la fois par une formation des docteurs et doctorants à l’insertion professionnelle et aux contraintes et exigences du secteur privé, et par une sensibilisation des entreprises aux compétences et qualités des jeunes docteurs).

Pour retrouver la totalité de l’étude : cliquez ici

Lancement du site Doctor’Entreprise le 17 octobre 2014

L’Université de Lyon et le MEDEF Rhône-Alpes souhaitent organiser et promouvoir les partenariats de R&D entre les entreprises privées et les laboratoires publics.

Leur moyen : le doctorant CIFRE qui sera le lien entre ces 2 mondes.

Pour cela, ils mettent à disposition des entreprises, des laboratoires et des doctorants le site Doctor’Entreprise  (http://doctorentreprise.universite-lyon.fr) qui se veut une plateforme de mise en relation entre ces 3 types d’acteurs.

Le 17 octobre 2014 s’est tenu le petit déjeuner de lancement du site web Doctor’Entreprise à Lyon.

Petit rappel sur la thèse CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la REcherche)

Le dispositif CIFRE accorde une subvention à une entreprise qui embauche, en CDI ou CDD, un doctorant pour lui faire réaliser sa thèse sur un projet de R&D, en collaboration (contrat de collaboration de recherche) avec un laboratoire public.

Le salaire d’embauche est au moins égal à 23K€ annuel brut (soit environ 33K€ chargé).

L’ANRT octroie dans ce cadre une subvention annuelle de 14K€. De plus, le coût du doctorant est intégré dans la base de calcul du Crédit d’Impôt Recherche. Au final, le coût salarial pour une entreprise est d’environ 10K€ annuel pour l’emploi d’un doctorant effectuant des travaux de R&D sur un projet défini par elle.

C’est un dispositif qui peut se révéler très avantageux pour des projets dont le délai est bien défini et correspond au temps de la thèse (3 ans).

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce dispositif et que vous envisagez d’intégrer un doctorant CIFRE dans vos équipes, n’hésitez pas à nous contacter, nous pourrons vous accompagner dans la recherche du laboratoire et/ou du doctorant adapté.